02 Dec 2020 |

Edouard Vermeulen, créateur de la Maison Natan

Dans cet épisode, j’ai le plaisir de recevoir Edouard Vermeulen.

Edouard est le créateur de la Maison Natan, une marque de couture et de prêt-à-porter absolument incontournable en Belgique et bien au-delà.

Dans cet épisode, il raconte l'histoire incroyable qui l'a amené à fonder Natan alors qu'il ne se prédestinait absolument pas à créer des vêtements.

Il raconte aussi l'évènement qui l'a conduit à habiller progressivement toutes les têtes couronnées de Belgique, des Pays-Bas et du Luxembourg.

Avec plus de 40 ans de carrière à son actif, Edouard s'exprime enfin sur le regard qu'il porte sur toutes ces années et sur la manière dont il envisage sa fonction au sein de la Maison Natan aujourd'hui. 

Ecoutez, commentez, prenez le pouvoir.

 

 

Sur l’origine de la Maison Natan

« La maison avait été créée entre les deux guerres par Paul Natan et s’appelait la Maison Paul Natan. Quand je l’ai reprise, comme le bail est à ce nom-là, je me suis dit : on va enlever le Paul et on va garder Natan. Parce que Natan se lit en plusieurs langues et puis j’ai trouvé amusant de garder le nom parce que "Edouard", bon, voilà, mais "Vermeulen", c’est difficile à prononcer. Pour nous dans le pays, pas tellement mais bon pour les étrangers… »

Sur les débuts

« Le réel départ dans la mode, ça a été une rencontre avec un groupe de jeunes avec lequel on voulait faire un nouveau comité pour une œuvre et je me suis dit que l’on pourrait organiser un défilé. On m’a dit "et avec qui ?". Et alors j’ai dit : "et avec moi !". On a fait une collection de 40 pièces, on a eu 4 mois pour les faire. On a fait l’invitation avec « Vermeulen – Maison Natan – Couturier » et on a invité tout le fichier de cet œuvre très chic et élégante. La princesse Paola en était présidente d’honneur et elle s’est dit "et bien un défilé ça amuse, j’ai envie d’y assister". »

Sur le rôle des vêtements

« Le bien-être, c’est d’abord de porter un vêtement dans lequel on se sent bien mais aussi dans lequel on a envie de plaire, parce que la séduction fait quand même partie du quotidien, aussi bien professionnel que personnel.
Malheureusement, on a un peu perdu les codes et moi, j’insiste fort sur ces codes qui permettent malgré tout de s’entourer de beau. »

Sur la féminité

« J’ai toujours défendu la cause féminine, d’abord parce que je trouve que c’est important quand on a un métier qui s’adresse à la femme.
Très souvent, j’ai pour clientes des femmes qui ont des carrières professionnelles assez importantes [et qui ne veulent pas être féminines]. Etre féminine ne veut pas dire être sexy. La féminité emporte tout. »

 Sur la suite pour lui

« Depuis le confinement, beaucoup de gens m’ont dit « enfin Edouard, tu pourrais te permettre d’arrêter » et je dis non parce que c’est ma vie… Donc j’ai envie de relancer la machine, de porter plein de projets. J’aime le projet et en fait, ça, c’est une question de tempérament. Quand il n’y a pas de projet, c’est comme s’il n’y avait pas de futur. »

L'épisode est disponible sur : Apple Podcast  •  Soundcloud  •   Spotify  •  Deezer

Pour suivre Edouard : Instagram

Pour suivre la Maison Natan : Instagram et Site internet

0 commentaires