Contact
info@septem-paris.com
· · Commentaires

Ma prise de pouvoir #2 - Victoria

· · Commentaires

Tout au long de l'année, racontez-moi vos histoires de [re]prise de pouvoir sur Instagram (avec le #septemgirl) ou par mail (à info@septem-paris.com), en quelques mots accompagnés d'une jolie photo.

Le premier jour de chaque mois, je partage l'histoire de l'une d'entre-vous, qui reçoit une pièce de la collection pour la remercier d'inspirer les autres.

La deuxième de ces #septemgirls un peu particulières, c'est Victoria.

« J’avais 22 ans, je croyais aux princes charmants et à l’amour pour toujours. Puis un soir, alors que nous avions des projets à deux plein la tête, j’ai entendu cette phrase qui m’a brisée instantanément en mille morceaux : “j’ai besoin que ça s’arrête”. Mon cœur s’est arrêté de battre, il s’est figé et à cet instant précis, mon mental et mon corps ont pris le dessus. J’avais écrit sur le fond d’écran de mon ordinateur “je ne mangerai pas tant qu’il ne revient pas” et j’ai sombré dans un bon cocktail d’anorexie, boulimie, dépression pendant plus de 3 ans.

Et un jour, un peu par “hasard”, j’ai relu ce fameux mail explicatif du pourquoi et comment de la rupture qui m’avait détruite et je me suis dit “et si ce qu’il dit est vrai ?”.

Et petit à petit, j’ai commencé à reprendre le pouvoir sur ma vie. J’ai commencé à ouvrir les yeux sur qui j’étais, sur la vie, sur mes choix. Je me suis remise en question, j’ai changé de voie. Je me suis trompée maintes fois mais je me suis relevée à chaque fois.

J’ai recommencé à vivre normalement, à ouvrir mon cœur doucement mais surement, j’ai redécouvert ces rêves mis de côté pendant trop longtemps, j’ai commencé à écrire, à m’exprimer, à m’écouter, à m’inspirer.

Je me suis entourée de personnes bienveillantes et je suis redevenue jour après jour cette belle femme souriante et optimiste que j’étais. J’ai repris goût à la vie, goût à l’envie, goût à l’amour.

Et puis, j’ai recommencé à y croire. J’ai gardé l’espoir qu’on se retrouverait, que notre histoire n’était pas terminée, qu’on avait encore des choses à vivre.

Et à 26 ans, en une fraction de seconde, le temps d’un baiser qui semblait contenir l’éternité, ma vie a rebasculé. J’avais raison. Notre histoire n’était pas terminée. Nous nous sommes retrouvés, nous nous sommes aimés, nous nous sommes promis la lune et les étoiles les plus brillantes. Nous avons projeté notre vie, prévu notre mariage, trouvé le prénom de nos enfants. Nous nous sommes lancés dans un projet, dans un rêve. Nous avons trouvé une belle maison, adopté des chats, voyagé dans le monde entier. Nous étions heureux et vraiment amoureux.

La vie continuait, mais petit à petit nos chemins se sont éloignés, sans que nous ne voulions vraiment nous l’admettre. Je sentais ma petite voix intérieure me dire que ce n’était pas juste, que la fin approchait et qu’il fallait s’y résigner, mais j’ai préféré taire cette intuition pour ne pas devoir faire face à mes peurs et à mes insécurités.

Et puis, inévitablement, même schéma. Un mail, des larmes, une maison effondrée. Des doutes, une perte de confiance en moi, une remise en question, encore une fois.

Et puis, dans une lueur d’espoir, je me suis remise en question. Pas sur la personne que j’étais, mais sur la manière dont je me voyais et dont je l’autorisais à me voir et à avoir de l’emprise sur moi. Ça y était, j’avais atteint la limite de la patience et de la tolérance. J’ai jeté un œil sur moi-même, sur mes qualités, sur mes valeurs, sur mes défauts et mes erreurs, et j’ai décidé que mes limites ne seraient plus jamais dépassées. J’ai décidé que je serais qui j’étais et qui j’avais envie d’être et que plus jamais personne n’aurait d’emprise sur moi, ma vie, mes décisions.

J’ai cessé de vivre dans la peur de perdre et j’ai décidé de vivre dans l’abondance, d’ouvrir mon cœur à l’aventure et à l’inconnu, en laissant petit à petit derrière moi mes vieux espoirs, mes anciens schémas, mes souvenirs, et mon cœur fissuré. J’ai doucement repris confiance en moi, confiance en la vie et je reprends seulement maintenant doucement confiance en l’amour. J’ai pris conscience que cette histoire était à la fois la chose plus belle et la plus difficile qui m’était arrivée. Cela m’a permis de m’éveiller, de me découvrir, de devenir professeur de yoga, de trouver ma voie. Je me suis rendue compte que la vie ne sera jamais comme on se l’imagine et que tout ce qui arrive sur notre chemin est là pour une raison bien précise… Alors merci Lorenzo, merci pour ton amour, pour notre histoire, pour ma reprise de pouvoir. »