20 Mar 2021 |

Nouveau Visage : Anne-Sophie Najda

Anne-Sophie a dessiné son épatant parcours au fil de nombreux allers et retours entre la banque d'affaires et l'entrepreneuriat. Ne semblant écouter que son cœur et ses envies à chaque étape de sa vie, elle a fini par quitter le fonds dans lequel elle dirigeait les investissements depuis 8 ans pour lancer L'ATELIER 13, sa marque d'accessoires. 
Elle est aussi la maman de Jeanne (12 ans), Céleste (11 ans), Anna (5 ans) et Oscar (20 mois).
.

"Nouveaux Visages", c'est la nouvelle série de portraits de femmes que nous vous proposons. Elles ont des parcours détonnants, un héroïsme ordinaire mais peu commun, une parole libérée des attentes et une confiance en elles nourrie d’expériences... Ce sont les nouveaux visages Septem.

 


Raconte-nous…   

Ton parcours en quelques mots :

J’ai fait beaucoup de choses, pris de nombreux virages... J’ai quitté la maison de mes parents à 16 ans pour partir en prépa, puis j’ai été diplômée d’un école de commerce. J’ai démarré ma vie professionnelle à Paris mais très vite, j’ai eu l’angoisse d’y passer les 40 prochaines années de ma vie et je me suis envolée pour New York où j’ai passé 4 ans en banque d’affaires.

De retour en France, j’ai eu une première expérience entrepreneuriale en participant au lancement de Smartbox mais j’ai quitté l’aventure rapidement car je ne partageais pas du tout les valeurs du fondateur. J’ai donc repris le chemin de la banque d’affaires pendant 3 années et je suis revenue à l’entrepreneuriat : j’ai ouvert un centre de Power Plate.

A peu près en même temps et en recroisant un de mes anciens boss de stage, j’ai rejoint le fonds d’investissement qu’il était en train de lancer. J’ai mené les 2 activités en parallèle pendant presqu'un an avant de revendre mon centre - ça commençait à devenir beaucoup trop intense à gérer. J’ai donc ensuite été Directeur d’Investissements dans ce fonds pendant 8 ans, avant d’à nouveau rebasculer vers l’entrepreneuriat en lançant ma marque, L’ATELIER 13, une marque d’accessoires (chaussures, maroquinerie, bijoux) vendue en ligne.

Ce moment où tu as « [re]pris le pouvoir » sur ta vie :

Je n’ai pas le sentiment d’avoir vraiment pris ou repris le pouvoir sur ma vie, ou bien si : le jour où j’ai compris que ma vie ne serait que ce que j’avais envie qu’elle soit. Cette croyance (non limitante) est un moteur fabuleux.
 
Est-ce que tu veux bien raconter ta ou tes fêlures :
Ma plus grande fêlure, je pense, a été de ne pas me sentir à la hauteur. J’en parle au passé car j’ai réalisé un jour bien précis qu’il n’y avait finalement pas de raison. Que je ne pouvais certes pas être bonne partout mais que je ne pouvais pas non plus être moins bonne qu’un.e autre. Qu’il suffisait de travailler les fragilités (mais surtout, d’en avoir envie).

Tes moteurs dans la vie :

Mon plus grand moteur est l’apprentissage. Découvrir un sujet que je n’ai pas encore abordé, défricher une jachère, approfondir ma connaissance de quelque chose qui me passionne. Et par extension, tous les nouveaux projets, qui sont des découvertes (de métiers, de gens, de façons de faire...).

Une femme qui t’inspire : 

Ca change tout le temps, en fonction des périodes de ma vie. Il y a les icônes de la mode qui ont créé des empires à la force du poignet (Diane Von Furstenberg, par exemple). Il y a des professeurs de yoga dont les enseignements m’enrichissent profondément. Il y a les femmes moins connues,mais qui se démarquent par leur style et leur goût uniques. Il y a mes amies, qui me montrent une autre façon de faire les choses que celle que j’avais imaginée.

La femme que tu veux être :

Juste moi en mieux... C’est méga prétentieux mais aussi la seule chose à ma portée, finalement...

Le plus gros challenge pour les femmes aujourd’hui, c’est ?

L’inégalité des droits, des différences de traitement. Que ce soit professionnel mais aussi au quotidien. Le sujet est extrêmement vaste.

Tes pistes pour l'affronter ?

Porter le message du féminisme à mon échelle, avec mes enfants, mon mari, mes proches. Dans mes choix, dans les choses que je fais. 

Quelle est ta pièce préférée ? Comment te sens-tu dedans ?

C’est la surchemise, dans laquelle je me suis tout de suite sentie super à l’aise et que je trouve facile à porter avec beaucoup d’autres pièces.

Les 7 mots de la fin :

  1. Un jour de la semaine : le lundi, le jour de la remise en route, le jour du renouveau, le jour des projets et la promesse d’une nouvelle fin de semaine !
  2. Une héroïne : Béatrix Kiddo (dans Kill Bill)
  3. Un rêve : partir en tour du monde en famille
  4. Une odeur : la bougie Opopanax de Dyptique
  5. Une devise : the past is history, the future is mystery, today is a gift.
  6. Un livre : Big Magic, d’Elizabeth Gilbert, le livre qui lève tous les complexes qui peuvent entraver la créativité.
  7. Une chanson : Ancora Tu de Lucio Battisti - bonne humeur immédiate garantie et plein de souvenirs.

Pour suivre Anne-Sophie : Instagram

Pour suivre L'ATELIER 13 : Instagram et e-shop

Anne-Sophie porte, dans l'ordre d'apparition des photos : la combinaison Vendredi, la combinaison Smoking et la surchemise L'Indispensable.

Crédit photo : Zoé Fidji

0 commentaires